Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - L’introduction du christianisme 1797–1815 : -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1767-1819. Un ordre nouveau | L’introduction du christianisme

L’introduction du christianisme 1797–1815 :

L’influence croissante des Européens entraîna dans les îles de Polynésie toute une série de mutations profondes. Cette influence se traduisit par l’introduction de notions nouvelles qui ne pouvaient qu’affecter gravement ces bases essentielles que sont la politique et la religion.
Au XVIIIe siècle, les représentants de l’Ancien Monde ne pouvaient concevoir de gouvernement autre que monarchique. A Tahiti, comme dans toutes l’Océanie, ils tentèrent, dès leurs arrivée, d’entrer en contact avec le « roi », le « grand chef », détenteur de toute autorité politique. Ainsi, débarquant à Matavai, les Européens virent dans la personne de l’ari’i de cette seule chefferie, le maître des îles du Vent. Leur comportement ne fut pas sans influer sur celui de cet ari’i, chef des Porionu’u. Mais cette notion de chef suprême était étrangère aux tahitiens. Il n’est même pas certain que Pomare Ier l’ait parfaitement perçue…
Il en alla autrement de Pomare II, habile stratège à qui la fréquentation plus assidue des Européens permit d’entrevoir tout le bénéfice qu’il pourrait tirer de l’unification de l’île à son seul profit. Pomare II fut , certainement, le plus novateur des chefs polynésiens de son époque. Mais, jusqu’en 1808, son action demeura profondément ancrée dans le système des mentalités polynésiennes traditionnelles.
L’ascension de Pomare II ne peut être dissociée de l’intense activité des missionnaires de la London Missionary Society. Ceux-ci, en dépit de leurs premiers insuccès, consolidèrent leur position auprès des Tahitiens et de celui qui les avait pris sous sa protection. Entre eux et Pomare II, une alliances s’était établie. Mais les buts poursuivis des deux côtés étaient différents ; cette alliance ne fut pas sans arrière-pensées, et sans risques de crises graves.

[Introduction au chapitre 3, volume 6, Encyclopédie de la Polynésie]


Installation des missionnaires à Matavai en 1797

Retour en haut de page