Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - International -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1880-1885. Le Conseil colonial | Contexte historique | International


Le contexte historique international

Impérialisme actif de l'Angleterre

Ayant acquis en 1840, au nez de la France, un territoire colonial qui couvrait, avec les états australasiens, près de 8 millions de kilomètres carrés, l'Angleterre disposait d'une base idéale pour son expansion dans le. Pacifique. A partir de 1880, l'impérialisme domina la politique britannique et trouva ses meilleurs avocats en Lord Salisbury et Joseph Chamberlain. L'Angleterre avait besoin de faire face aux concurrences économiques croissantes, celle des États-Unis ou celle de l'.Allemagne, et redoutait le protectionnisme de ses rivaux, fatal à sa politique libre-échangiste. Le développement de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande fortifiait les exigences coloniales anglaises. La morale s'était jointe aux intérêts commerciaux lorsqu'il avait fallu, en 1874, mettre un terme à la traite des "Canaques" et annexer les Fidji. Dix ans plus tard, les menaces que pourraient faire peser les négociants étrangers sur le commerce australien menèrent à l'annexion de la Nouvelle-Guinée.


Armée coloniale anglaise

Après 1886, et durant une quinzaine d'années, l'Angleterre ne cessa d'étendre son influence dans le Pacifique, notamment en Mélanésie et en Micronésie. Plus de cent îles passèrent sous sa tutelle, depuis les Nouvelles-Hébrides, dont elle partageait le contrôle avec la France en vertu d'une convention de novembre 1887, jusqu'aux Tonga, arrachées à l'emprise allemande en 1899. Les îles Cook (1888), les Humphrey, les Tokelau et les Phoenix (1889), puis Gilbert et Ellice (1892) et les Salomon (1893) passèrent successivement sous la domination britannique.

[P. Lagayette , chap. 2, vol 7, Encyclopédie de la Polynésie]

Retour en haut de page