Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Démographie -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1767-1819. Un ordre nouveau | Démographie : les premières estimations des Européens

Démographie

Les premières estimations des Européens.


La flotte d'Atehuru. Huile de W. Hodges

A l’arrivée des Européens, la plupart des îles de la Polynésie orientale étaient peuplées, à l’exception de quelques atolls et îles de petites dimensions.

Les premiers navigateurs venus en Polynésie relatèrent leurs impressions d’une population nombreuse et d’îles densément peuplées. « Tout le long, la côte que nous longions apparaissait pleine de pirogues…., du bord de mer à un ou deux miles à l’intérieur, il y a un beau pays plat tout couvert de cultures et les maisons sont innombrables. » (G.Robertson).

Si les rassemblements provoqués lorsque les bateaux étaient au mouillage ont conduit à des estimations de la population de ces îles trop élevées et parfois contradictoires, nous pouvons cependant avoir une idée de la population de Tahiti.

Le 26 avril 1774, Cook vit une flotte 160 pirogues de guerre et 170 pirogues de transport se préparant pour attaquer l’île d’Eimeo. Cook, à partir des nombres moyens de 40 hommes dans les pirogues de guerre et de 8 hommes dans les autres, estima les guerriers et rameurs présents à 7 760 hommes. Cette flotte pouvait provenir des districts de Faa’a à Vaiari. D’après les effectifs de guerriers de l’île de Tahiti donnés à Cook par Tupaia, ces districts pouvaient lever 1980 guerriers ; l’île entière de Tahiti pouvait lever 5 780 guerriers, si nous enlevons les doubles comptes probables pour Taiarapu. En faisant une règle de trois et en multipliant le résultat par 2.92, on aboutit à une population de 66 147 habitants à Tahiti en 1774. Pour expliquer ce mode de calcul, il faut savoir que dans une population stationnaire où l’espérance de vie féminine à la naissance est de 30 ans – ce qui devait être à peu près le cas de Tahiti alors – il y a 3.25 personnes dans la population totale pour un homme de 15 à 64 ans, rapport que l’infanticide de 10% des filles réduirait a 2.92.

Lors d’un autre exercice naval, Cook apprit que le district de Faa’a armait 40 grandes pirogues ; il attribua cet effectif à chacun des 43 districts, (considérant Faa’a comme un district moyen), et admit un total de 68 000 hommes adultes et donc de 204 000 habitants. Cette estimation est beaucoup trop élevée. J.Forster fit un autre calcul attribuant seulement à chaque district 20 pirogues, chacune armée par 35 hommes ; il arrivait à un total de 30 000 hommes qu’il multipliait par quatre, aboutissant a une population de 120 000 habitants. Cette estimation est encore trop élevée et il aurait été préférable d’adopter le même multiplicateur que Cook.

A coté de ces estimations trop élevées, il existe des estimations trop basses comme celle de 10 000 habitants, faite par Boenechea venu du Pérou en 1772. Boenechea rapporte que les Polynésiens contractèrent une maladie dans leurs rapports avec l’équipage et qu’il y eut quelques décès. Les premiers cas de contamination et les premiers décès qui s’en suivirent, peut être plus nombreux que ceux parvenus à la connaissance de Boenechea, éloignèrent sans doute les Tahitiens des Espagnols qui rencontrèrent peu de monde dans leur déplacements. Les Tahitiens s’enfuyaient facilement des villages ; lors d’escarmouches à la suite de vols, Cook et Bougainville rapportent avoir vu les gens s’éloigner emportant quelques bagages et laissant le village quasi désert. Rodriguez, qui resta plus d’un an à Tahiti, considérait l’île comme densément peuplée mais ne donna pas d’estimation. Le vice-roi du Pérou traduisait ces impressions par le chiffre de 15 000 habitants qui semble être une révision en hausse de l’estimation de Boenechea.

Récemment, plusieurs auteurs ont proposé des estimations à partir des écrits anciens. Douglas Oliver, à la suite de Mc Arthur, propose un chiffre de 35 000 habitants en appliquant le coefficient 5.22 à l’effectif de 6780 guerriers donné par Tupaia. Ce coefficient équivaut au rapport de la population totale à la classe d’âge masculine des 15 – 39 ans, mais D. Oliver ne tient pas compte du fait que Tupaia comptait seulement les guerriers entrainés (taatatoa) qui ne se recrutaient pas dans toutes les classes de la société.

Notre estimation d’une population de 66 000 habitants à Tahiti correspond à une densité de 63 habitants au kilomètre carré, soit nettement plus élevée que celle de l’Angleterre à la même époque qui était de 48 hab./km vers 1766. Les premiers navigateurs venus à Tahiti pensaient se trouver dans le pays le plus peuplé qu’ils virent jamais. Certes Tahiti est une île montagneuse, mais la plaine côtière n’était pas seule habitée ; G. Robertson, J. Cook, J. Forster etc, ont mentionné qu’ils rencontraient des cultures et des habitants à trois, quatre et cinq miles de la côte lorsqu’ils remontaient dans les vallées. Cette densité n’est pas très élevée comparée à celle de 89 hab./km2 au Japon (sans Hokkaïdo) à la même époque.

[J.L.Rallu, chapitre 5, volume 6, Encyclopédie de la Polynésie.]

Retour en haut de page