Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Le contexte local -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1824-1880 . La première assemblée législative | 1824-1842 . Le "Royaume des Pomare" | Le contexte | Le contexte local

1824-1842 Le "Royaume des Pomare"

Le contexte historique
Le contexte local

Dès avant 1840, les quelque cent colons installés à Tahiti se trouvaient soumis au code des lois missionnaires qu’appliquaient chefs et juges locaux et en même temps protégés par des consuls étrangers, selon les traités établis par les officiers français et britanniques. Plusieurs questions en suspens menaçaient de façon permanente la paix fragile du gouvernement de la reine Pomare : l’interdiction de la vente de terres et le trafic d’alcool, l’immigration et le mariage, le recouvrement des dettes par les négociants, enfin la liberté de religion pour les catholiques. L’antagonisme, tant personnel qu’officiel, des deux consuls Moerenhout et Pritchard, ainsi que l’influence en France et en Grande-Bretagne des sociétés missionnaires, eurent pour effet les instructions explicites données en 1838 et 1839 aux commandants, Dupetit-Thouars et Laplace. Ils devaient tirer réparation et faire respecter les droits des traités, sans toutefois engager le gouvernement de Louis-Philippe à mettre fin à l’indépendance tahitienne. Parallèlement, Lord Palmerston exprimait encore en 1839, au nom du gouvernement de la reine Victoria, son intérêt pour un royaume placé sous l’influence de Missionnaires britanniques, mais il condamnait leur intransigeance.

[C Newbury, chapitre 1, volume 7, Encyclopédie de la Polynésie]

Le contexte international 0 < Le contexte local 1

Retour en haut de page