Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Le Conseil général (1886-1903) -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1885-1903. Le Conseil général | Le Conseil général

Le Conseil général (1886-1903)

Le Conseil général (Gille B., 1990 (2)) a été créé par un décret du 28 décembre 1885 et l'institution a fonctionné à partir de 1886 jusqu'en 1903.

L'organisation du Conseil général a été remaniée à plusieurs reprises mais ses attributions n'ont guère varié, l'essentiel de ses activités résidant dans le débat budgétaire.

Formation

C'est la première fois à Tahiti qu'il y a une assemblée élue par l'ensemble des électeurs. Théoriquement, ne votent que les sujets du roi Pomare et les Français d'origine européenne. En réalité, tous les électeurs votent, même les Marquisiens et les Paumotu qui n'étaient pas autrefois les sujets du roi Pomare.

L'assemblée est composée de dix-huit membres élus pour six ans : Tahiti et Moorea ont ainsi la majorité avec dix élus.

Dans le cadre du Conseil colonial, seules les îles de Tahiti et Moorea étaient représentées. Désormais, toutes les îles de la colonie élisent des représentants.

Cette modification avait été réclamée par les gouverneurs successifs afin que les intérêts des archipels éloignés du chef-lieu ne fussent pas négligés. Il n'en est rien car Papeete continue à bénéficier de l'essentiel du budget local. De la même manière, les 400 électeurs du chef-lieu désignent quatre conseillers alors que les 2 000 électeurs des districts de Tahiti et Moorea n'élisent que six représentants. Les autres îles et archipels n'ont que huit conseillers pour 2 700 électeurs.

Le décret du 10 août 1899 modifie le système : le Conseil général est ramené à onze membres dont quatre élus à Papeete et sept autres par les districts de Tahiti et Moorea. Les autres archipels forment alors des établissements distincts placés sous l'autorité directe et exclusive du gouverneur.

L'élection a lieu au suffrage universel et c'est désormais le collège unique, ce qui n'était pas le cas du temps du conseil colonial.

Le problème est que beaucoup d'électeurs n'ont pas conscience de ce qu'ils font en votant : les inspecteurs des colonies qui viennent en mission à Tahiti disent que beaucoup d'électeurs sont manipulés par les candidats qui leur promettent qu'ils ne paieront plus d'impôts.

De 1886 à 1903, les électeurs sont appelés à voter à sept reprises pour désigner leurs représentants. D'après Méthivet, directeur de l'intérieur en 1886, les élections se déroulaient dans des conditions très curieuses : « les Tahitiens sont convoqués à la chefferie où ils sont invités à déposer leur bulletin dans une urne. Quelques semaines plus tard, ils apprennent qu'ils ont fabriqué un conseil général ou un délégué au conseil supérieur des colonies. Bien sûr, ils ne savent pas très bien ce que peuvent être cette institution et ce personnage. » (Méthivet, 1888, p. 111).

Comme les candidats ont besoin de séduire une clientèle électorale essentiellement polynésienne, la plupart d'entre eux n'ont qu'un seul but, obtenir les voix des électeurs pour écarter ensuite cette même communauté polynésienne de la vie politique.

Sur dix-huit membres de l’assemblée, quatorze sont Européens et seulement quatre sont des Polynésiens.

[B. Gille . Le Conseil général des E.F.O. Annales du Centre universitaire de Pirae n° 4]

Retour en haut de page