Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Jean-Camille Haumant. -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1946-1953. L’Assemblée représentative | Les gouverneurs | Jean-Camille Haumant.


Les gouverneurs

Haumant Jean-Camille, Administrateur en chef. Gouverneur  par intérim

Né en 1898. Formé à l'École coloniale, il est nommé en juin 1945, secrétaire général des ÉFO, puis gouverneur par intérim après le départ de Georges Orselli. Visiblement dépassé par la montée du mécontentement, il doit laisser l'inspecteur Lassalle-Séré lui dicter sa conduite. Cependant, sans qu’on sache la part du gouverneur et/ou celle de l’inspecteur, la tactique utilisée a permis que « les meneurs soient lassés », que « la troupe se réveille » et surtout que des dissensions apparaissent parmi les meneurs. Le 27 juin, par exemple, il persuade le Révérend Père Calixte de conseiller la modération à É. Le Caill, catholique notoire, ce qui semble avoir eu quelque effet sur la harangue prononcée par ce dernier le lendemain sur les quais. Il a parfois été fort critiqué par certains, par exemple par le député Maurice Viollette qui l’accuse de « pusillanimité » et d’avoir été le « complice des communistes et des séparatistes ». Il a néanmoins trouvé des défenseurs. R. Lassalle-Séré utilise à son égard des mots plutôt flatteurs : « clairvoyant », « fermeté », « courage » . Le ministre Marius Moutet lui a fait part de sa vive satisfaction : « Presque sans moyens, alors que beaucoup de ceux qui auraient dû vous apporter leur appui moral ou matériel oubliaient leur devoir, vous avez su dominer la situation, rétablir l’ordre sans effusion de sang et maintenir la souveraineté française ».
Il a été remplacé alors que les inculpés étaient en attente de leur jugement. Il devint directeur des services administratifs du ministère de la FOM. Il est décédé en 1955.

[J.M.Regnault]

Retour en haut de page