Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - RIVET (Louis) (1869-1933) -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1903-1932. Le Conseil d’administration | Les gouverneurs | RIVET (Louis) (1869-1933)

Les gouverneurs

RIVET (Louis) (1869-1933)

Gouverneur des Établissements français de l'Océanie, Louis Rivet naquit à Fort-de-France (Martinique) le 29 avril 1869. Son expérience de l'Indochine le fit nommer à la tête des E.F.O. à un moment où l'on envisageait de resserrer les liens entre les possessions françaises de l'Asie et du Pacifique. Il trouva à son arrivée à Papeete, le 18 septembre 1922, une colonie à la dérive, traversant une crise économique et financière sans précédent et en proie à de multiples problèmes internes. Louis Rivet engagea son action dans quatre directions principales : relance de l'économie, assainissement de l'administration, mesures sociales et développement des archipels.

Dans le domaine économique, il autorisa la venue de travailleurs annamites (qui furent employés dans les domaines agricoles et à Makatea), afin de pallier la grave pénurie de main-d’œuvre qui sévissait alors (guerre de 1914-1918 et épidémie de grippe). Il relança de même l'activité agricole en fondant la station d'agriculture et d'élevage de Mamao, en réorganisant la Chambre d'Agriculture et la Caisse agricole, en accordant des crédits spéciaux au développement des cultures (en particulier la relance de la vanille) ou à la protection de la cocoteraie. Il fit réaménager le port de Papeete et inaugura enfin un service régulier des Messageries maritimes entre la France, Tahiti et la Nouvelle-Calédonie, qui permit de développer les échanges extérieurs.

Le deuxième volet de son action concerna l'assainissement de l'administration, volontiers frondeuse du côté métropolitain (voir les déboires du gouverneur Auguste Guédès) et laxiste du côté tahitien (nombreuses défections). Son attitude ferme et résolue et son esprit parfois inquisiteur (il fit établir des dossiers pour chaque fonctionnaire) lui permirent d'éviter les problèmes rencontrés par ses prédécesseurs.

Dans le domaine social, il engagea une politique de promotion de l'instruction publique et d'amélioration de la couverture médicale ; il tenta de lutter contre l'alcoolisme.

Il fit enfin porter ses efforts sur les archipels, où il se rendit fréquemment. C'est ainsi qu'il relança l'économie des Tuamotu dont il entreprit le désenclavement, et qu'il s'intéressa de près au sort des Marquises, alors en difficulté, le peuple marquisien étant menacé d'extinction.

Unanimement apprécié, Louis Rivet laissa à son départ, le 7 janvier 1927, une colonie aux finances saines et à l'économie prospère. Il décéda à Aix-en-Provence le 14 mars 1933.

[Dictionnaire illustré de la Polynésie sous la direction de F. Merceron]

Retour en haut de page