Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Création de la commune de Papeete -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1885-1903. Le Conseil général | Création de la commune de Papeete

Création de la commune de Papeete


Eugène Etienne

Voici le texte complet de ce décret historique, que son artisan principal, Eugène Etienne, n'a cependant pas été habilité à signer:

Décret instituant dans les Etablissement français de l'Océanie
une commune ayant pour chef-lieu Papeete. (20 mai 1890.)

Le Président de la République française,
Sur le rapport du Ministre du Commerce, de l'Industrie et des Colonies ;
Vu l'article 8 du sénatus-consulte du 3 mai 1854;
Vu le décret du 8 mars 1879 instituant un Conseil municipal à Nouméa (Nouvelle- Calédonie),

Décrète :

Art. 1er. Il est institué, dans les Etablissements français de l'Océanie une commune qui a pour chef-lieu Papeete et pour limites :

1° A l'Est, le cours de la rivière Fautaua, depuis son embouchure jusqu'au fort du même nom ;
2° A l'Ouest, la route actuelle du cimetière, prolongée jusqu'à la mer ;
3° Au Nord, la mer ;
4° Au Sud, une ligne qui, partant du fort Fautaua aboutirait à la route du cimetière prolongée à un kilomètre dans l'intérieur des terres.

Le tout conformément à un plan approuvé par le Gouverneur en Conseil privé, qui sera annexé au présent décret.

Art. 2. Sont rendues applicables à Tahiti les dispositions du décret du 8 mars 1879, instituant à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) un conseil municipal, sous la réserve que les attributions dévolues, par cet acte, au Directeur de l'Intérieur, en ce qui concerne la police municipale, seront exercées à Papeete par le Maire, sous l'autorité de l'Administration supérieure.

Art. 3. Le Ministre du Commerce, de l'Industrie et des Colonies est chargé de l'exécution du présent décret, qui sera inséré au Bulletin des Lois, au Bulletin officiel de l’administration des colonies, au Bulletin et au Journal Officiel des Etablissement français de l'Océanie.

Fait à Paris, le 20 mai 1890

Signé : Carnot
Le Ministre du Commerce, de l'Industrie et des Colonies.

Signé : Jules Roche

Un second décret rend applicable, à quelques exceptions près, les dispositions de la loi municipale métropolitaine du 5 avril 1884. La seule différence importante concerne le mode de financement de la nouvelle commune dont les recettes doivent être inscrites sur le budget de la colonie, voté par le Conseil général. C'est, du reste, déjà chose faite, car aussitôt que les conseillers ont appris que le décret était signé par le président de la République, ils ont décidé, sur la proposition de Cardella - qui ne cache pas son ambition de devenir le premier maire de Papeete - de faire les prélèvements suivants :

1° sur le produit de l’octroi de mer, une somme correspondant au marc le franc des contributions directes payées par la ville;
2° sur les patentes fixes et proportionnelles, un tiers ;
3° sur les licences, deux tiers.

Les prévisions des recettes pour le premier budget annuel de Papeete sont estimées ainsi sur cette base :

Octroi de mer 165.000
Patentes fixes et proportionnelles 15.500
Licences 10.000
Prestation urbaine 13.000
Droits de quai 9.500
Concessions d'eau 6.500
Amendes de simple police et correctionnelles 10.000
Fourrières 500
Taxe des chiens 3.000
Droit d'étal 2.000
Droits d'abattoir (mémoire)
Bascule publique id.
Expédition d'actes de l'état civil 200
Concessions dans le cimetière 500
Location de biens communaux (mémoire)
Recettes à différents titres id.
Impôt sur les voitures id.
Total 235.700.



Plan de Pape'ete en 1889

Par un arrêté, également daté du 25 septembre, le gouverneur convoque les électeurs de Papeete pour le 23 novembre « à l'effet de nommer les quinze membres devant former le Conseil municipal de la commune, le scrutin sera ouvert de 8 heures du matin à 4 heures du soir, à la salle de l'état civil. La liste électorale arrêtée au 31 mars 1890 pour la ville de Papeete servira de base pour la confection d'une nouvelle liste révisée, après les inscriptions et les radiations opérées par une commission composée d'un chef de bureau de la direction de l'Intérieur et de deux électeurs de la commune, désignés par le directeur de l'Intérieur. »

La seule surprise de cette élection est que Cardella n'arrive pas en tête. Mais les deux candidats qui le devancent appartiennent à son clan, ainsi que les douze autres élus. Voici les chiffres complets de ce scrutin entièrement conforme aux prévisions :

Nombre des électeurs inscrits 467
nombre des votants 336
bulletin blanc 1
suffrages exprimés 335
Majorité absolue 168


Elus :

Creusot 292 Langomazino 202
Ch. Géorget 269 Huet 197
Cardella 228 Simonin 191
Bonet 228 Raoulx 190
Coulon 217 Drollet 180
Laharrague 212 Orsini 179
Docteur Vincent 211 Jehan 179
Millaud 207


La preuve que Cardella a conservé son rôle de chef est fournie lors de la séance d'installation du Conseil municipal, le 1er décembre, quand il est élu maire par 13 voix. Victor Raoulx est désigné 1er adjoint par 8 voix et Langomazino 2e adjoint par le même nombre de voix.

[B. Danielsson. Papeete 1890-1990. Ch. Gleizal éditeur]

Retour en haut de page