Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Le pavillon des Pomare est améné -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1885-1903. Le Conseil général | Le pavillon des Pomare est amené

Le pavillon des Pomare est amené

Le conseiller Poroi, décide le 18 juin, de faire le nécessaire pour retirer aux « rebelles » ce symbole de leurs aspirations. Il se rend à la demeure du prince Hinoi en ville, où il trouve celui-ci en compagnie du chef Aitoa, de Paea. Privés du soutien des chefs de la côte est et de Moorea, les deux hommes finissent par être convaincus par les arguments de Poroi. Surtout lorsque le conseiller promet à Hinoi le poste convoité de président de la Haute-Cour tahitienne. Voici le récit de Poroi :

« Tous deux m'ayant approuvé, je chargeai Aitoa de réunir les chefs pour deux heures, et, accompagné de Hinoi, je me rendis au gouvernement, je commençai par demander que Hinoi fut nommé aux fonctions de président de la Haute-Cour qu'avait occupées Pomare V, alors qu'il n'était pas encore roi ; ce que le gouverneur promit de faire dans le cas où l'âge du prince ne serait pas un obstacle insurmontable.


Scène de remise du pavillon du protectorat au gouverneur Lacascade par le prince Hinoi le 18 juin 1881

Ce fut alors que j'exposai le désir que nous avions d'amener nous-mêmes le pavillon du feu roi, de donner à la cérémonie un caractère de solennité et de la rendre officielle par la présence des troupes et des autorités. Le gouverneur ayant accepté, la cérémonie fut fixée pour trois heures de l'après-midi. Je dus encore lutter pour décider les chefs à cet acte ; celui qui mit le plus d'opposition était le chef de Mahaena, Teriinohorai, mais je vainquis les résistances.

A l'heure dite, les troupes et les autorités présentes, les chefs se réunirent au pied du mât. Le gouverneur remit tout d'abord à Hinoi la décision qui le nommait aux fonctions de président de la Haute-Cour. Le prince Hinoi prend la drisse et amène le pavillon le chef Teriinohorai ne pouvant maîtriser son émotion embrasse cet emblème de la royauté disparue. Puis, roulant le pavillon et l'attachant il le donne à Hinoi pour le remettre au gouverneur.

Je rappelai, en quelques paroles à l'assemblée que ce pavillon avait flotté sur nos îles depuis 1842, il n'était pas possible que nous vissions sans un serrement de cœur, disparaître ce témoin de notre histoire pendant cinquante années, mais nous le remettions avec confiance au représentant du gouvernement pour être envoyé à la Mère-Patrie comme un symbole de nos sentiments de dévouement et de respect.

Hinoi l'ayant pris de mes mains le remit au gouverneur qui remercia en quelques mots et chargea monsieur Dupré, commandant de la Vire de le remettre au président de la République. »

En réalité, ce drapeau n'est jamais parvenu au président de la République et les recherches entreprises par le père O'Reilly pour le retrouver au Musée des Invalides, sont restées vaines. L'explication de cette disparition mystérieuse serait, selon des témoins dignes de foi, que le gouverneur Lacascade l'aurait gardé comme un trophée personnel.

[Cité par B. Danielsson, Mémorial polynésien]

Retour en haut de page