Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Tournage des Mutinés du Bounty -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1932-1946. Les délégations économiques et financières | Tournage des Mutinés du Bounty

Tournage des Mutinés du Bounty

Après l'immense succès, au début des années 1930, de la trilogie de James Norman Hall et Charles Nordhoff, relatant d'une manière très romancée la fameuse mutinerie du Bounty, la compagnie Metro-Goldwyn-Mayer en achète les droits cinématographiques. Le tournage de ce second grand film « tahitien » est réalisé en 1934 sur une échelle infiniment plus grande qu'en 1928-1929, lorsque Murnau produisit « Tabou ». Les plus grandes vedettes de l'époque, Clark Gable, Charles Laughton et Franchot Tone, figurent au générique ainsi que le célèbre metteur en scène Frank Lloyd. Par contre, les rôles de Maimiti et Tehani, les vahine de Fletcher Christian et de Roger Byam, sont dévolus à des actrices totalement inconnues et, de surcroît, mexicaines. Une réplique du Bounty avec cinquante techniciens est dirigée sur Tahiti pour donner plus d'authenticité au folklore dont les trois scénaristes veulent imprégner le drame. Pour les grandes scènes, on fait appel à des centaines de figurants locaux.

Hélas, les laboratoires se trouvent a Hollywood et il n'existe aucune communication rapide permettant d'expédier les bobines au fur et à mesure du tournage. On ne disposait pas alors d'emballages parfaitement étanches ni de chambres climatisées. Et l'inévitable catastrophe n'est pas évitée : presque toutes les pellicules s'avèrent inutilisables lorsqu'elles sont enfin développées. Le réalisateur doit donc recommencer les scènes d'extérieur dans les îles San Miguel et Catalina, devant la côte de Californie, tandis que les intérieurs sont tournés dans les studios de la compagnie à Culver City.

D'après la publicité tapageuse qui assure le lancement du film, celui-ci serait tiré des romans de Nordhoff et Hall. En réalité, beaucoup d'épisodes ont été ajoutés par les trois scénaristes. II s'agit en définitive d'un de ces nombreux films hollywoodiens, fabriqués sur mesure, où sont mêlés, dans un dosage très étudié, l'amour, la violence, l'exotisme et les autres ingrédients habituels qui touchent le grand public. Cependant, les acteurs remarquables : Charles Laughton, notamment, a campé un capitaine Bligh sans rapport avec la vérité historique puisque au tout jeune officier de marine qu'était réellement Bligh, il a fait un vieux commandant aigri, mais combien convaincant ! Si vrai même, que les producteurs de la deuxième version, tournée avec Marlon Brando en 1960, donnèrent le rôle de Bligh à Trévor Howard, lui aussi acteur d'âge mûr.

Telle qu'elle est, c'est d'abord grâce aux acteurs, même de deuxième plan, que cette première version possède une force dramatique indéniable.

[ B. Danielsson,Mémorial polynésien, t. 5]

Retour en haut de page