Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Mort d’André Ropiteau -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1932-1946. Les délégations économiques et financières | Mort d’André Ropiteau

Mort d’André Ropiteau

Engagé en 1939 pour combattre le nazisme, André Ropiteau fut tué devant Toul dans les derniers jours de la guerre, le 20 juin 1940.

Né à Meursault (Côte d'Or) dans une famille aisée de propriétaires viticulteurs, André Ropiteau choisit en 1928 de partir à la découverte du monde et de fuir la société moderne.

Lors d'une escale en Polynésie, il fut séduit parles paysages et la tranquillité de Maupiti et y établit sa résidence. De 1928 à 1938, il y fit six séjours, entrecoupés de voyages en France car il aimait à retrouver sa Bourgogne natale, notamment à la saison des vendanges. Passionné par la vie traditionnelle en Polynésie, il a rédigé des « carnets intimes où la poésie et le sens du détail donnent vie à des observations ethnographiques de qualité » (« Mémorial polynésien », tome 6). Il a laissé de nombreuses photographies (voir photographies ci-contre), des enregistrements sonore de la vie quotidienne à Maupiti et, surtout, une magnifique bibliothèque de 1 500 titres sur l'Océanie qui a permis au R.P. Patrick O'Reilly de composer son « Répertoire bibliographique de la Polynésie française ».



André Ropiteau lors de l'inauguration du buste de Pierre Loti

Retour en haut de page