Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - 1953-1996. L’Assemblée territoriale. -

! Vous êtes ici : Images et vidéos | 1953-1996. L’Assemblée territoriale | Images

1953-1957. L'instabilité

Histoire de l'institution

Le front de mer dans les années 5O. Le calme apparent de la ville masque le bouillonnement politique local et ne traduit pas l’état des relations internationales marquées par des crises ( Suez ) et par un mouvement général de décolonisation.( Coll. Ch. Gleizal )

Rassemblement devant le Quinn’s. Entre 1951 et 1956, l’accroissement démographique a permis à la population de passer de 62 700 à 73 600

Vue aérienne du centre de Pape’ete, (on distingue, à droite, l’ancien palais de la reine). Le débat politique est dominé par un sentiment nationaliste porté par Pouvanaa a Oopa. Cela n’empêche pas les contradictions puisque les amis de Pouvanaa demandent la départementalisation. (Coll. Ch.Gleizal)

Vue aérienne de Fare Ute. L’assemblée a inscrit à son bilan la création du dépôt d’hydrocarbures qu’on distingue sur la photographie.( Coll. Ch.Gleizal )

Accueil du gouverneur Petitbon par les notables et notamment par A.Poroi. Ce dernier pose, en 1954, la question de savoir si l’assemblée peut avoir un droit de regard sur le recrutement des fonctionnaires.

Vue aérienne du quai vers 1956 : on distingue le bâtiment de l’assemblée territoriale. Un des problèmes qui se pose déjà est celui des finances grevées par un trop grand nombre de fonctionnaires : ils sont 671.

Caricatures du gouverneur Toby, lisant le discours d’ouverture de l’Assemblée territoriale et du secrétaire général Gayon essayant de s’y retrouver dans les questions d’hydrocarbures.

Gaston Defferre, nouveau ministre de la FOM, propose une loi-cadre, complétée par des décrets d’application pour éviter de longues discussions au parlement. Photo. DR

Chinois du Kuo Min Tang dans les années 50. L’assemblée a souvent à débattre des problèmes de taxes dont ceux-ci doivent s’acquitter. Comme elles ont tendance à mal rentrer certains conseillers vont jusqu’à demander, lors de la séance du 26 mars 1954 que les réfractaires soient expulsés ……. aux îles Kerguelen !

Retour en haut de page