Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Chronologie. -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1946-1953. L’Assemblée représentative | Chronologie

Chronologie

Papeete vue de Motu Uta, novembre 1949.

Ordonnance du 24 mars 1945 : les "indigènes des ÉFO sont citoyens français" (donc Asiatiques
exclus). Confirmation par la loi n° 46-940 du 7 mai 1946.
26 août 1945 : élection des membres des conseils de districts.
31 août 1945 : décret n° 45-1963 relatif à la création d'une assemblée représentative de 20 membres, élue par un collège électoral unique les 9 décembre 1945 et 6 janvier 1946 (décret modifié le 25 octobre 1946 par le décret n°46-2379).
30 septembre 1945 : élections municipales à Papeete (Alfred Poroi est réélu maire) et à Uturoa (Marcel Tixier est réélu maire).
21 octobre 1945 : pasteur Charles Vernier élu député à la première constituante.
Décret du 25 décembre 1945 : création du franc CFP.
9 décembre 1945 - 6 janvier 1946 : élection de l’Assemblée représentative.
11 mars 1946 : Joseph Quesnot élu président de l’assemblée représentative.
5 mai 1946 : retour des "Volontaires" du "Bataillon du Pacifique".
5 mai 1946 : vote négatif sur le projet de Constitution.
9 juin 1946 : élection de Georges Ahnne à la deuxième constituante.
13 octobre 1946 : vote négatif sur le deuxième projet de Constitution.
27 octobre 1946 : la Constitution de la Quatrième République fait des ÉFO un Territoire d’Outre-Mer (TOM).
24 novembre 1946 : Georges Ahnne est élu député à l’Assemblée nationale
14 décembre 1946 : Les ÉFO sont inscrits sur la liste des pays à décoloniser établie par l’ONU.
22 décembre 1946 : élection de Joseph Quesnot au Conseil de la République (sénateur).
fin 1946 début 1947 : création de l'Union des Volontaires.
10 janvier 1947 : création du syndicat des dockers chrétiens (d’autres syndicats naissent entre 1947 et 1953).
6 février 1947 : création de la Commission du Pacifique Sud dont le siège est à Nouméa.
27 février 1947 : création du Comité Pouvanaa
9 mai 1947 : manifestation interdite par le gouverneur mais qui réunit beaucoup de monde grâce à la mobilisation du comité Pouvanaa.
fin juin 1947 : affaire du Ville d'Amiens. Arrestation de Pouvanaa, Jean-Baptiste Céran-Jérusalémy et des principaux leaders. État d’urgence proclamé par le gouverneur.
7 août 1947 : arrivée du Kon Tiki à Raroia.
12 octobre 1947 : élection de Michel Coulon à l’Assemblée de l’Union française.
Octobre 1947 : élections municipales à Papeete et élection d’Alfred Poroi.
25 novembre 1947 : acquittement des accusés de l’affaire du Ville d'Amiens.
Début 1948 : tentative d’implanter le Rassemblement du Peuple français (le RPF créé par
de Gaulle. Cette formation, concurrencée par l’UDSR, connaît des turbulences et n’arrive
pas à s’installer durablement.
1948 : 700 Chinois rentrent en Chine (une centaine d’entre eux reviendront).
31 mars 1949 : décès de Joseph Quesnot remplacé au Conseil de la République par Robert Lassalle-Séré (29 mai) et à la présidence de l’assemblée par Jean Millaud (30 mai).
29 avril 1949 : le gouvernement français estime que les ÉFO doivent être retirés de la liste
des pays à décoloniser de l’ONU.
3 août 1949 : décès de Georges Ahnne.
22 octobre 1949 : Pouvanaa élu député.
17 novembre 1949 : création du RDPT.
1950 : rapport Auzelle sur l’urbanisme à Papeete.
30 mars 1950 : première liaison aérienne Paris/Bora Bora
Juin-juillet 1950 : création d’une fédération de l’Union Démocratique et Socialiste de la résistance (UDSR, parti de François Mitterrand).
9 septembre 1950 : inauguration de l’Institut Louis Malardé.
Mai 1951 : grève des dockers (première grande grève de l’histoire syndicale).
14 juin 1951 : l’assemblée représentative demande la suppression du Conseil privé
2 septembre 1951 : Pouvanaa réélu député avec 70 % des voix
20 octobre 1951 : démission de Jean Millaud et Albert Leboucher élu président de l’assemblée représentative.
Année 1952 : longue crise au sujet de la révision du statut et de la loi électorale.
21 octobre 1952 : loi 52-1 175 relative à la composition et à la formation de l’assemblée territoriale des ÉFO.
18 janvier 1953 : élection de l'assemblée territoriale (25 conseillers).

Retour en haut de page