Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - 1937. Arrivée de Chastenet de Géry -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1932-1946. Les délégations économiques et financières | Contexte historique | 1937. Arrivée de Chastenet de Géry

Contexte historique Local

1937. Arrivée de Chastenet de Géry

Peu de temps avant la guerre, un nouveau gouverneur débarque à Tahiti. Il s'agit de Jean Chastenet de Géry, homme cultivé et distingué, qui sera très étonné par l'ambiance régnant à Papeete lors de son arrivée. Après quarante-cinq jours de mer il espérait trouver un calme et une sérénité en accord avec le fastueux paysage des îles d'Océanie. Chastenet de Géry s'apercevra très vite qu'il n'en était pas tout à fait ainsi.


Le nouveau gouverneur Jean Chastenet de Géry est accueilli par le gouverneur par intérim Henri Sautot

La fin d'une époque

Le gouverneur par intérim, Henri Sautot, l'attend sur le quai. Lorsque le nouveau gouverneur met pied à terre, la Marseillaise éclate, les honneurs lui sont rendus, une foule dense se presse sur le quai, envol des uniformes blancs, innombrables poignées de main, discours de bienvenue : il fait chaud et Chastenet de Géry est heureux de se retrouver avec Sautot dans le calme et la fraîcheur du palais du gouverneur, cette grande maison à un étage, aux larges vérandas soutenues par des colonnes, qui peut faire croire qu'elle s'est échappée du livre de Scarlett O'Hara, « Autant en emporte le vent ». Mais l'intérieur est sûrement moins luxueux que celui d'une maison coloniale américaine du siècle dernier, et on s'en aperçoit vite, lorsqu'on grimpe l'escalier en colimaçon, étroit et incommode qui mène aux appartements vétustes de l'étage. Pourtant le palais du gouverneur est empreint d'un charme désuet, et Chastenet de Géry, en prenant possession de ces lieux, doit croire que ses activités de gouverneur seront empreintes, elles-aussi, d'un charme suranné : le temps à Tahiti et dans les îles a sûrement suspendu son vol, tout doit y être souriant et sans problème.

Sans problème ? Chastenet de Géry se rend vite compte qu'il n'en est rien. L'Océanie française ne s'est pas vraiment remise des scandales de la faillite Kong Ah et de l'affaire Rougier. Les esprits sont encore divisés dans la colonie, et Chastenet de Géry doit user de toute son habileté pour calmer les dernières vagues de ces fâcheux événements.

Mais, tout d'abord, afin de se mettre au courant des problèmes réels, le nouveau gouverneur décide de se doter d'un moyen efficace de transport : il doit pouvoir aller rapidement et en toute sécurité d'île en île, il doit pouvoir visiter les archipels les plus éloignés pour prendre connaissance des réalités socio-économiques des E.F.O. Chastenet de Géry remplace donc la goélette du gouvernement, la Mouette, de construction ancienne et en mauvais état, par un bateau moderne, construit par les habitants de Tubuai, la Tamara, que l'administration rachète à un commerçant chinois. Le chef des Travaux Publics aménage la Tamara, jusqu'alors bateau de charge, en un bâtiment pour passagers. Et, grâce à cette unité de 95t, longue de 23 m et munie d'un moteur de 135 C V, le gouverneur peut aller dans les îles les plus lointaines, tout en restant relié en permanence, par radio, avec ses services.

[J.M. Dallet, Ch. Gleizal. Mémorial polynésien, t. 6]

Retour en haut de page