Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - BRUNOT (Richard) (1883-1958). -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1932-1946. Les délégations économiques et financières | Les gouverneurs | BRUNOT (Richard) (1883-1958).

Les gouverneurs

BRUNOT (Richard) (1883-1958).

Breveté de l'École coloniale, ce haut-fonctionnaire accomplit l'essentiel de sa carrière en Afrique dans l'entre-deux-guerres. En 1940, il se rallia au général de Gaulle qui lui confia une mission d'inspection en Océanie. Dès son arrivée à Tahiti, le 6 juin 1941, il entra en conflit avec les gaullistes de Polynésie tels le gouverneur Emile de Curton, Emile Martin, Marcel Sénac, Jacques Ravet... Il se nomma gouverneur des Établissements français de l'Océanie, fit emprisonner sans raison claire ses adversaires et attisa si bien les haines entre les partis locaux que le général de Gaulle dut envoyer le haut-commissaire Thierry d'Argenlieu rétablir l'ordre à Papeete. Dans le télégramme qu'il adressa à d'Argenlieu le 4 août 1941, de Gaulle rappelait :

R. Brunot en tenue de grand apparat

« Brunot n'avait aucunement qualité pour enfermer un gouverneur nommé par moi, et surtout pour prendre sa place sans aucune autorisation de ma part. En outre, la conduite et les allégations de Brunot à l'égard de Sautot, membre du Conseil de défense de l'Empire, sont inadmissibles. La première chose à faire par vous sera de mettre un terme à la mission de Brunot ».

Démis de ses fonctions en 1942, il fut réintégré en 1946, mais admis à la retraite la même année.

[Dictionnaire illustré de la Polynésie sous la direction de F. Merceron]

Retour en haut de page