Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Élection de Pouvanaa en 1949 -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1946-1953. L’Assemblée représentative | Élection de Pouvanaa en 1949

Élection de Pouvanaa à la députation en 1949

Le décès de Georges Ahnne, le 3 août 1949, entraîne une élection à la députation.
Le Comité Pouvanaa désigne son leader comme candidat (voir doc). Ce dernier affronte le pasteur Charles Vernier et Émile Vernaudon (soutenu par l’Église catholique). Pouvanaa a mené une campagne dynamique :
"Le Comité avait bien fait les choses. Publicité bruyante, visible, auditive et visuelle.
Beaucoup d'agents. Du papier. De la matière... Les autres candidats ont usé d'un conservatisme [...] trop exempt de nouveauté pour plaire à la clientèle
(1)".

Le Mémorial renchérit en évoquant de grands meetings sur la place de la mairie, un camion équipé d'un puissant haut-parleur ayant huit cents mètres de portée et diffusant de la musique et des slogans. Le plus utilisé de ceux-ci est : "Tahiti d'abord et pour les Tahitiens". Le programme est défini dans une lettre circulaire du 22 septembre 1949 :

- Davantage de pouvoirs à l'assemblée représentative
- Traiter les élus sur un pied d'égalité avec les gouverneurs
- Rendre la langue tahitienne officielle et l'autoriser à l'assemblée représentative
- Abroger le décret de 1885 et supprimer le conseil privé
- Mettre fin aux interventions de l'Administration sur le cours de la justice
- Aider financièrement les écoles religieuses.

La lettre énumère les qualités morales et spirituelles du candidat :
Votez, pour celui qui n'adore pas le Veau d'or.
Votez pour celui qui a toujours confiance en Dieu.

Dans un tract publié par le Mémorial, Pouvanaa se présente comme un homme attaché à la France, qui n'a pas besoin de diplômes universitaires car il est un "enfant du pays, ayant passé son jeune âge dans l'agriculture, l'élevage et la pêche". Il insiste sur la production locale, "la vraie richesse du pays". Il se méfie du commerce et surtout des commerçants qui n'ont pas toujours en vue l'intérêt général. Il a une solution miracle pour que Tahiti soit prospère : "prendre l'argent là où il est". Ce tract nous montre un candidat soutenu non seulement par son Comité mais également par les Volontaires. Pouvanaa doit se défendre d’être communiste, d’autant plus qu’un membre communiste de l’Assemblée de l’Union française – Georges Lachenal – est venu aider le Comité Pouvanaa à organiser la campagne électorale(2).

Le 22 octobre 1949, les résultats sont les suivants :

inscrits 20 770
votants 15 786
suffrages exprimés 15 688
Pouvanaa a Oopa 9 828 voix ÉLU
Charles Vernier 4 680 voix
Émile Vernaudon 1 180 voix

"L'élection du leader populaire est accueillie avec stupeur par le gouvernement et l'opposition conservatrice alliée à la mafia", écrit Noël Ilari. Le gouverneur dissimule mal son agacement. Quant au président Millaud et à plusieurs membres de l'assemblée, ils ne cachent pas leur déception, voire leur amertume, estimant « le suffrage universel injuste ». Quelques mois plus tard, Monseigneur Mazé réagit lui aussi négativement en demandant aux fidèles de son Église de se garder « des loups qui se couvrent de la toison des brebis ».

1 - Courrier des ÉFO, du 26 octobre 1949.
2 - Regnault J-M., « Hommage à Georges Lachenal, 1920-2008 », Tahiti Pacifique, janvier 2009.

[J.M.Regnault]

Retour en haut de page