Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Les calotypes de Gustave Viaud (1859-1860) -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1824-1880 . La première assemblée législative | 1843 - 1880 Le Protectorat | Les calotypes de Gustave Viaud (1859-1860)

1843-1880 Le Protectorat

Les calotypes de Gustave Viaud (1859-1860)


Le centre de la ville et la case de la reine

Gustave est le frère de Julien Viaud dit Pierre Loti. Médecin de marine, il est nommé à Tahiti en 1859 et meurt en 1865 lors de son retour en France.
En 1872, Pierre Loti, cherchera, en vain, la descendance que son frère y aurait laissée.
De son travail ne subsiste qu'un ensemble d'une trentaine de photographies réalisées selon le procédé du calotype - le négatif est sur papier ciré et la sensibilité est obtenue grâce à une solution de sels d'argent qui a l'avantage sur le daguerréotype de permettre plusieurs épreuves du même cliché.
Cette technique, appropriée pour le paysage, l'était moins pour le portrait. Aussi Gustave Viaud affecté à l'hôpital, photographie-t-il son environnement, la ville de Papeete qui vient de sortir de la guerre franco-tahienne : boulangerie militaire, hôtel du gouvernement, caserne, batterie, hôpital militaire et ses environs autant de vues faisant apparaître clairement une présence militaire annonciatrice de la colonisation.
Un seul portrait, chez Viaud, celui qu'il fait de la "reine" de Bora-Bora, Teriimaevarua, née à Raiatea le 23 mai 1841 et qui était la fille de la reine Pomare IV et de Ariifaite à Hiro, fils du roi de Huahine.

[Ch. Gleizal]


Maison occupée par le médecin-photographe G.Viaud

Retour en haut de page