Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Élection de Pouvanaa en 1951 -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1946-1953. L’Assemblée représentative | Élection de Pouvanaa en 1951

Réélection de Pouvanaa à la députation en 1951

L'année 1951 est celle du renouvellement de l'Assemblée nationale. En métropole, les opérations électorales ont lieu le 17 juin. Elles sont fixées au 2 septembre dans les ÉFO.
Le 1er juillet 1951, le congrès du RDPT investit Pouvanaa. Les slogans qui appellent à voter Pouvanaa sont simples :

Pour plus de LIBERTÉ, pour l'application de TOUTES les lois sociales, pour une économie SAINE, pour plus de JUSTICE, TOUS aux urnes le 2 septembre. Ne pas remplir son DEVOIR D'ÉLECTEUR, c'est trahir la cause tahitienne. TOUS AUX URNES ; PAS D'ABSTENTIONS ; VOTEZ POUVANAA pour que vive TAHITI dans l'UNION FRANÇAISE(1) .

Dans sa profession de foi, il prend soin de montrer son attachement à la France, tout en se réclamant du préambule de la Constitution sur le devoir de la France de conduire les peuples dont elle a la charge, à la liberté de s’administrer eux-mêmes.

La campagne électorale marque une nouvelle dégradation des relations entre le RDPT et ses adversaires : les membres de l'assemblée représentative, la municipalité de Papeete et le gouverneur.

Le général de Gaulle intervient auprès de T. Bambridge pour qu'il se présente aux élections législatives de 1951, dont il attend beaucoup sur le plan national, en précisant qu'il s'agit "avant tout, d'empêcher que les ÉFO n'envoient au Parlement un représentant hostile à la présence de la France". Finalement, c’est Maître Hoppenstedt qui accepte de se présenter au nom de ceux qui veulent rester attachés à la France. Le gouverneur n’hésite pas à dire qu’on n’a trouvé qu’un candidat « médiocre » (lettre du 26 juin 1951). Francis Sanford tente une nouvelle fois sa chance, avec l’idée de s’opposer « au communisme », tout comme Émile Vernaudon. Le syndicaliste Alexis Bernast se présente également.

Le 2 septembre 1951, Pouvanaa est largement réélu :

Inscrits : 22 957
votants : 17 318
exprimés : 17 228
Pouvanaa a Oopa : 12 096 voix (soit : 70,21 des voix) ÉLU
Émile Vernaudon : 2 171
Henri Hoppenstedt : 1 584
Francis Sanford : 986
Alexis Bernast : 391 voix(2)

C'est donc un véritable plébiscite en faveur de Pouvanaa. Même à Papeete, il obtient environ 52% des voix. L'ascension du Metua et de son parti semble irrésistible et laisse entrevoir une prochaine et large victoire aux élections territoriales, théoriquement fixées au 1er mars 1952.

1 - Te Aratai, n° 46, 14 juillet 1951.
2 - Débats parlementaires. Assemblée nationale ; 3ème séance du 16 novembre 1951, p. 8201.
Notons qu'A. Bernast s'est présenté sous l'étiquette MRP. Il a reçu une lettre de soutien de Georges Bidault.
(L'Écho de Tahiti, n° 3, 31 août 1951).

[J.M.Regnault]

Retour en haut de page