Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Contexte international -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1953-1996. L’Assemblée territoriale | 1984-1996. L’autonomie interne | Contexte historique | Contexte international

Contexte historique

Contexte international

La période est marquée par la disparition de l’URSS.
En mars 1985, Mikhaïl Gorbatchev prend la tête de l’URSS et entame une tentative de réforme en profondeur de cet immense pays pour le ramener dans le chemin de la croissance. Les dépenses militaires ont trop pesé sur les finances du pays.
Les efforts de Gorbatchev sont contrariés par la catastrophe de Tchernobyl (26 avril 1986) et par les revendications nationalistes. Il rencontre aussi l’hostilité des salariés et de l’appareil du parti communiste.
Dès 1987, il doit régler les problèmes des revendications nationalistes, engager la modernisation de l’économie et redéfinir les relations avec les États-Unis. Avec ces derniers il signe les accords de Washington fin 1987 sur la réduction des armements.
Gorbatchev laisse se développer un processus de démocratisation dans les pays de l’Est jusque-là sous la coupe de Moscou. La chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989, se prolonge par la chute des gouvernements communistes dans toute l’Europe de l’Est. L’Allemagne se réunifie.
Le 25 décembre 1991, l’URSS a cessé d’exister et elle est remplacée par la CEI (Communauté d’États indépendants). Boris Eltsine remplace Gorbatchev à la tête de la Russie.

Les accords START 1 et 2, signés les 31 juillet 1991 et 3 janvier 1993 permettent la destruction d’une partie de l’armement nucléaire des grandes puissances. La France et Chine finissent par signer le Traité de non prolifération en 1995.

Malgré ces accords et la fin de la Guerre froide, de nombreuses sources de conflits persistent dans le monde, liées au développement de l’intégrisme, de la misère persistante de certains peuples et aux rivalités nationalistes ou ethniques. Des pays sont particulièrement touchés : le Liban, le Liberia, l’ex-fédération de Yougoslavie, l’Afghanistan, la Somalie, le Rwanda…

L’Europe poursuit sa construction en intégrant de nouveaux membres (Espagne et Portugal en 1992, l’Autriche, la Finlande et la Suède en 1995). En février 1986 est signé l’Acte unique européen qui décide l’achèvement de l’édification du grand marché intérieur pour le 1er janvier 1993. Le traité de Maastricht entre en vigueur le 1er novembre 1993. Il permet de créer un système de coopération intergouvernementale dans certains domaines. Il transforme la Communauté européenne en Union européenne (l’UE).

Aux États-Unis, Ronald Reagan est facilement réélu en 1984, l’économie américaine ayant donné des signes de reprise et le chômage diminuant. Les dépenses militaires augmentent car Reagan veut lutter contre « l’empire du Mal » et préparer depuis 1983 ce que l’on a appelé la « Guerre des Étoiles ». Le Président finit néanmoins par s’entendre avec Gorbatchev pour mettre fin à la Guerre froide dès 1987.
Malgré les pressions des conservateurs, la libéralisation des années 1960 n’est pas remise en cause sur le plan des mœurs.
George Bush (senior) devient président après sa victoire de 1988. Son mandat a été marqué par l’immobilisme et l’essoufflement de l’économie (récession en 1990-1991). La guerre du Golfe montre cependant que les Américains ne renoncent pas à être les « gendarmes » du monde, mais l’opinion publique ne suit pas réellement. Les problèmes ethniques qui surgissent en 1992 révèlent une Amérique qui a encore de graves problèmes internes à résoudre, comme celui de la pauvreté qui touche près de 12 % de la population.
Dans ce contexte, Bill Clinton est élu président. Il a fort à faire avec ses opposants qui voudraient démanteler l’État fédéral. La position modérée et centriste de Clinton ne lui permet pas d’établir un programme véritable, mais il parvient à contenir ses opposants et il est réélu en 1996. Toutefois, les électeurs américains boudent les élections (seule la moitié d’entre eux s’est rendue aux urnes).
Les États-Unis demeurent un « modèle » pour le reste du monde et leur puissance apparaît dans le fait que leur économie représente le quart du PNB mondial. Ils restent la première puissance militaire. La culture américaine se répand partout.

[J.M.Regnault]

Contexte international 0 < Contexte national 1 < Contexte local et régional 2

Retour en haut de page