Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Contexte international -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1953-1996. L’Assemblée territoriale | 1977-1984. L’autonomie de gestion | Contexte historique

Contexte Historique

International

L’économie toujours en crise

Le monde des années 1977 à 1984 est toujours marqué par les suites et les conséquences de la crise économique survenue au début des années soixante-dix. Elle se renforce avec le second choc pétrolier de 1979.
Les politiques de relance par une intervention de l’État pour éviter la montée du chômage et préserver les salaires ont échoué. Leur coût était trop élevé pour les finances publiques et déséquilibrait généralement les monnaies nationales. L’inflation touchait tout le monde et les entreprises s’affaiblissaient.
Les gouvernements de droite (Margaret Thatcher à partir de 1979 et Ronald Reagan à partir de 1981) appliquent de nouvelles politiques dites monétaristes. Celles-ci combattent l’inflation, limite la croissance de la masse monétaire par l’instauration de taux d’intérêts élevés. Elles réduisent la pression fiscale, notamment en diminuant les charges des entreprises, le but étant de permettre à ces dernières de restaurer leurs bénéfices.
Du coup, les programmes sociaux sont réduits.
Ces politiques se traduisent d’abord par de graves récessions avec un chômage qui augmente et par des difficultés accrues pour les milieux pauvres.
L’inflation diminue cependant et l’activité repart lentement. Le chômage commence à baisser à partir de 1984 aux États-Unis.

La « révolution conservatrice »

Les politiques économiques de droite se doublent souvent d’un retour à des idées conservatrices en matière familiale ou en matière de mœurs. Cela peut aller jusqu’à considérer que la pauvreté est la conséquence de « dérèglements moraux ».

La guerre froide

Pour les dirigeants Américains, l’URSS est « l’empire du Mal ». Ils veulent relancer la course aux armements en augmentant le budget militaire. En 1983, R. Reagan lance son projet de « guerre des étoiles ». Il soutient les régimes qui s’opposent au communisme, même si ce sont des dictatures et aide les guérillas comme celle des islamistes afghans.
L’URSS est dirigée par des vieillards bientôt incapables d’affronter les problèmes internationaux et nationaux, mais elle reste une puissance active dans le monde.
En fait, le développement de son économie se ralentit. L’agriculture est fragilisée et diverses pénuries alimentaires s’ensuivent. Elles ne sont pas les seules : les consommateurs ne trouvent pas ce dont ils ont besoin dans la plupart des domaines. Les dépenses d’armement du pays deviennent considérables et expliquent les dysfonctionnements de l’économie.
L’URSS entretient des « points chauds » pour déstabiliser certains pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique latine. Elle apporte son soutien à des mouvements de libération nationaux.
Malgré des accords (SALT 1 et SALT 2 en 1979) qui limitent les armes nucléaires, l’URSS devient menaçante en Europe. Depuis 1977, son nouveau missile, le SS 20 est redouté par l’Europe occidentale. C’est pourquoi le président Mitterrand est favorable à l’installation des fusées américaines Pershing en Allemagne de l’Ouest.
Quand l’URSS intervient en Afghanistan en 1979, on peut considérer que la guerre froide est relancée.
La mort de Brejnev en 1982 révèle un pays en crise, mais toujours redoutable.

[J.M.Regnault]

Contexte international 0 < Contexte historique national 1 < Contexte régional 2 < Contexte local 3

Retour en haut de page