Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Visite de V.Giscard d’Estaing -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1953-1996. L’Assemblée territoriale | 1977-1984. L’autonomie de gestion | Visite de V.Giscard d’Estaing

Visite de V.Giscard d’Estaing

Deux ans après l’adoption du statut d’autonomie de gestion, le président de la République rend visite à la Polynésie du 18 au 22 juillet 1979. La visite prend rapidement un air de fête tel que l’a décrit P. Mazellier .

Le 19 juillet, l’assemblée reçoit le Président au cours d’une séance solennelle.
Le président Vanizette se félicite de la réussite des institutions de 1977, même s’il reconnait qu’il faudrait « aller vite… [pour] ne pas décevoir ». Pour lui, la politique contractuelle (les conventions) est un succès.

Le président de la République lui répond par un long discours qui mêle constats, recommandations et louange de l’action de l’État.
Nous en retenons quelques aspects (extraits) :

« Les bases de [votre] prospérité sont connues : vous avez rappelé l’activité créée par le CEP et le secteur public qui y contribuent pour une grande part sans doute et il faudra rechercher dans l’avenir un équilibre plus satisfaisant.
À partir des bases fournies par votre économie de transferts, il faudra parvenir à développer vos propres ressources et donc le secteur productif. Il faut à ce Territoire une ambitieuse politique touristique, une ambitieuse politique agricole et une ambitieuse politique d’exploitation de la mer. L’État est résolu à engager, avec le Territoire et les communes des initiatives nouvelles dans le secteur de la politique sociale.
L’exode des habitants des archipels vers Tahiti doit être enrayé (par la revitalisation des archipels).
Cette année a été créé le Fonds d’Aide au Développement des Îles de Polynésie (le FADIP) qui bénéficie d’un crédit budgétaire de 160 millions de F CFP, pour aider les producteurs de coprah, pour réaliser des équipements et pour aider les familles à se réinstaller dans leur île.
L’État a décidé d’accroître substantiellement les moyens de vos communes (il a fallu surmonter un certain nombre de réticences ).
»

Le président approuve lui aussi la « politique originale » des conventions. Il note que la totalité des ministères techniques est engagée dans le développement de la Polynésie.
Le Gouvernement a décidé d’intégrer sur cinq ans 564 agents contractuels polynésiens à la fonction publique d’État, ce qui soulagera les finances du territoire. Le ministère de l’Éducation prendra en charge progressivement l’ensemble des instituteurs.

Le Président indique que la nouvelle convention passée avec le CEP procurera 1 090 millions de F. CFP de ressources supplémentaires.

Il note enfin qu’en 1979, les interventions de l’État en Polynésie représenteront 18 milliards de F. CFP.

L’opération séduction du Président a réussi. Le Front Uni s’engagera massivement derrière lui à l’élection présidentielle de 1981.

[J.M.Regnault]

Retour en haut de page