Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Contexte international et national -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1953-1996. L’Assemblée territoriale | 1959-1977. L’autonomie « contenue » | Contexte historique

Contexte Historique

Contexte international et national

Un monde toujours divisé

Plusieurs phénomènes caractérisent la période. L’affrontement Est/Ouest que l’on a appelé la Guerre froide reste un élément important pour comprendre le monde. Néanmoins, ce n’est qu’un élément parmi d’autres. Les relations internationales sont marquées par une série de crises, généralement résolues, et par des « détentes ». On pourrait citer parmi les faits les plus marquants :
- L’édification du Mur de Berlin, 12/13 août 1961
- La crise de fusées soviétiques à Cuba en octobre 1962
- La guerre du Vietnam de 1963 à 1976
- Les affrontements entre les deux grandes puissances en Afrique
- Les crises dans l’Europe communiste en 1968.

Des périodes sont considérées comme des « détentes » dans les relations internationales, comme entre 1969 et 1975, malgré la persistance de crises. Des accords de désarmement interviennent (voir plus loin). La Chine populaire entre à l’ONU en 1971. La Conférence d’Helsinki en 1975 a pour but d’assurer la sécurité en Europe. Toutefois, de nouvelles tensions apparaissent dès 1973 sur le thème du respect des droits de l’homme et à cause des crises économiques (voir plus loin).

Le monde reste donc divisé comme il l’a été après la Seconde guerre mondiale. Mais de nouveaux problèmes sont soulevés en plus de l’affrontement entre monde libéral et monde communiste.

La décolonisation est un élément marquant des années soixante en Afrique, en particulier dans les anciennes colonies françaises devenues des TOM en 1946. Dès 1960, ces pays deviennent indépendants à l’exception des Comores, de la Côte française des Somalis et de l’Algérie qui obtient son indépendance en 1962. L’évolution des ces pays est suivie attentivement en Polynésie. La Côte française des Somalis obtient un statut d’autonomie en 1967 à la suite d’un référendum et devient le Territoire des Afars et des Issas. Le 8 mai 1977, un référendum permet l’accès à l’indépendance, effective le 27 juin 1977, avec un nouveau changement de nom : République de Djibouti. Les Comores suivent le même processus. Après un référendum en 1973, elles deviennent indépendantes à l’exception de l’île de Mayotte.
C’est de l’ONU aussi que vient un soutien aux demandes d’émancipation des colonies ou territoires sous tutelle. Le 14 décembre 1960, l’Assemblée générale vote la célèbre déclaration 1514/15 qui proclame la nécessité de mettre fin rapidement au colonialisme sous toutes ses formes. En 1961 est créé le comité de décolonisation dit aussi « Comité des 24 ». Ce comité prend un poids de plus en plus important, même si son action débouche rarement sur l’indépendance des territoires pour lesquels il la recommandait fortement.


Le président John Kennedy

En 1963, soixante quinze pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine préparent une Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le développement (CNUCED) qui se réunit pour la première fois l’année suivante avec deux pays supplémentaires. La CNUCED revendique un nouvel ordre international tenant compte de ce qu’on a appelé le Tiers monde. Peu à peu, à l’affrontement classique Est/Ouest se substitue un affrontement Nord/Sud. Beaucoup de nations pauvres estiment que celles du Nord pillent leurs richesses et espérent qu’un nouvel ordre mondial viendra à bout du sous-développement. C’est aussi le cas à la conférence des « non-alignés » à Alger en 1973. En 1974, l’Assemblée générale de l’ONU établit une charte des droits et des devoirs économiques. Désormais il est évident que pour ces pays, après la dépendance politique, il existe une autre dépendance à caractère économique.

Justement, une crise économie mondiale débuta dès le début des années soixante-dix avec une hausse des matières premières et du pétrole ainsi qu’avec une désorganisation du système monétaire international. Cela se traduisit par une forte inflation (15 % en France).

Le contexte français

Le général de Gaulle devient président de la République le 8 janvier 1959. Les nouvelles institutions de la Vème République se mettent en place et assurent au chef de l’État des moyens de gouverner dans le sens qu’il souhaite. Il règle le problème de la décolonisation en Afrique en laissant les pays ayant adhéré à la Communauté prendre leur indépendance, non sans garder des liens avec eux.
Le Général voulait rendre au pays sa « grandeur ». Elle se concrétise par une politique étrangère qui affirme l’indépendance nationale, notamment grâce à l’arme nucléaire. Dès lors, la France marque son désir de ne plus dépendre des Américains. En 1964, elle reconnaît la Chine communiste (ce qui a des conséquences en Polynésie : voir La question chinoise). En 1966, elle se retire des organismes militaires de l’OTAN. Le Général récuse la notion de « blocs » et cherche à entretenir de nouvelles relations avec les pays de l’Est de l’Europe. Cependant, il s’oppose à la formation d’une Europe qui serait supra-nationale.

Passation de pouvoirs entre le président Coty et le général de Gaulle, 8 janvier 1959

Sur le plan économique, la France connaît une croissance forte de 1958 à 1973.
Après de Gaulle, le président Pompidou mène une grande politique industrielle pour rendre la production française plus compétitive.
Ces années de croissance n’empêchent pas des crises sociales comme les grèves de mineurs en 1963. Dans une société qui connaît de profonds bouleversements (mode de vie différent, mentalités qui évoluent rapidement…) ce sont les étudiants qui provoquent la crise de mai 1968 qui s’achève sur une victoire du Général, mais une victoire provisoire puisque ce dernier est contraint à la démission l’année suivante après l’échec du référendum sur la régionalisation.
Les successeurs de De Gaulle, Georges Pompidou (1969-1974) et Valéry Giscard d’Estaing (1974-1981) se heurtent à une gauche qui cherche son unité et se renforce. La France est pratiquement coupée en deux sur le plan politique et doit affronter la crise économique à partir de 1973-1974.

[J.M.Regnault]

Contexte international et national 0 < Le contexte régional et local 1 < La démographie comme élément déterminant de la période 2 < Un aperçu des contrastes de la société d’avant CEP 3 < Une économie en déclin 4 < Économie polynésienne sous perfusion du CEP 5 < Les années soixante-dix 6

Retour en haut de page