Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Jean-François Toby (1900-1964) -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1953-1996. L’Assemblée territoriale | 1953-1957. L'instabilité | Les gouverneurs


Personnalités politiques

Jean-François Toby (1900-1964)

Né le 29 janvier 1900 dans le Finistère. Il a suivi les cours de l’École coloniale et il a servi en Afrique. Le régime de Vichy l’a nommé gouverneur de Côte d’Ivoire en 1943. Il fut ensuite gouverneur du Niger jusqu’en 1954. Voici ce que rapporte une historienne au sujet de son action en Afrique :

"Le gouverneur Toby [du Niger] convoquera les notabilités... pour leur demander de prendre position pour l'administration. Georges Condat [un député] informera le secrétaire général de l'UDSR de cette situation et soulignera le fait qu'à chaque fois qu'un élu veut traduire dans les faits le contenu de la Constitution, il devient l'objet d'une méfiance de la part des autorités et d'un discours tendant à le présenter comme subversif. L’impossibilité de collaborer avec Toby persistera jusqu'à son départ en 1954" (1).

Le gouverneur Toby arrive dans les ÉFO le 28 septembre 1954. Il en repart en mars 1958, juste avant les difficultés qui allaient naître avec le référendum.

Il passe pour avoir été plutôt favorable au RDPT selon les véhéments reproches que lui adresse par exemple A. Poroi. En réalité, il est en liaison avec J. Foccart qui l'a protégé et fait maintenir au Niger et surtout il faut faire ressortir son souci d’éviter d’aggraver les divisions politiques au sein du Territoire. Il s’en explique :

"Quant au rôle de l’administration, il reste le même : celui d’apaiser les rancœurs, d’atténuer les antagonismes. C’est un rôle souvent ingrat, mais qui est plus que jamais nécessaire dans un pays aussi profondément divisé." (Mémorial Polynésien, vol VI, p. 372).

S’il comprend bien les revendications du RDPT et trouve ses adversaires trop conservateurs, il lui arrive de mal supporter la façon d’agir du parti majoritaire et de son chef (Lettre du gouverneur Toby sur un incident qui l’a opposé à Pouvanaa, 5 décembre 1956).

Il s’est trouvé gouverneur dans une période difficile avec une instabilité politique locale et des bouleversements engendrés par l’application de la loi-cadre.

Il s’intéressa beaucoup au pays, visitant la plupart des îles. Il se passionna pour la pêche en haute mer. Il entreprit des démarches pour l’ouverture d’un aéroport et l’obtint… apparemment du moins, car il est vraisemblable que c’est l’objectif des essais nucléaires qui a entraîné la décision du Gouvernement de le construire.

Il a laissé le souvenir d'un "bon vivant" fréquentant les bars et les boîtes de nuit de Papeete.

Il est décédé dans le Finistère le 28 juin 1964.

1 D'après Domergue-Cloarec D., "Le soutien de l'UDSR et de la SFIO aux partis politiques d’Afrique occidentale française (1951-1958)", dans L’Afrique noire française : l’heure des indépendances (sous la direction de Ageron C-R. et Michel M.), CNRS-éditions, 1992, p. 117-118.

[J.M.Regnault]

LES GOUVERNEURS 0 < Jean-François Toby (1900-1964) 1

Retour en haut de page