Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Les nouveaux locaux de l’assemblée territoriale 17 juin 1969 -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1953-1996. L’Assemblée territoriale | 1959-1977. L’autonomie « contenue » | Les nouveaux locaux de l’assemblée territoriale 17 juin 1969

Les nouveaux locaux de l’assemblée territoriale 17 juin 1969

Les locaux de l’assemblée sur le port de Papeete étaient vétustes, peu pratiques et souvent surchauffés. À plusieurs reprises, des projets furent lancés, comme celui de restaurer le palais de la Reine et d’y loger l’assemblée.

Le 6 juillet 1962, J-D. Drollet propose que la place Pomare V soit réservée au Territoire, ainsi que le palais de la reine et la source. « Peut-être pourra-t-on y implanter le futur bâtiment de l’AT, avec ses jardins devant et derrière : c’est l’emplacement idéal » suggère-t-il.

Une nouvelle discussion, le 7 février 1963, aboutit à la conclusion que le palais de la Reine est trop vétuste pour être restauré.
C’est donc bien le projet suggéré par J-D. Drollet qui est finalement retenu.

Le 17 juin 1969, la séance inaugurale de la session administrative se déroule dans les nouveaux locaux. A. Poroi, doyen d’âge se réjouit et en même temps lance un avertissement :
Puisque nous inaugurons de nouveaux bâtiments, que le modernisme et la clarté de leurs installations soient les symboles des objectifs que nous devons atteindre. Leur proximité des bidonvilles est d’ailleurs bien faite pour nous rappeler que la Polynésie en pleine croissance requiert toute notre lucidité, tous nos efforts, toute notre sollicitude.

Quant au gouverneur Angeli, il y va lui aussi de son couplet à la nouveauté :
Nouveaux sont les bâtiments qui nous abritent. Nouveau le Chef du Territoire [il est arrivé en mars 1969] qui y prend la parole. Nouveau, le Chef de l’État [G. Pompidou vient d’être élu Président]…

Il ne peut s’empêcher de déceler des symboles dans ce changement de lieu de réunion :
Nous procédons à l’inauguration des nouveaux bâtiments.
Permettez-moi d’y voir un double symbole. C’est le symbole tout d’abord de la mutation que connait la Polynésie française : sortis des locaux vétustes du port, nous nous trouvons dans un décor presque futuriste, avec des installations techniques qui témoignent de leur temps.
Les liaisons entre l’ensemble des membres de l’assemblée et le gouverneur seront facilitées par une proximité que je veux plus que symbolique…

« Faciliter les liaisons » ? Pour le gouverneur Angeli, l’un des gouverneurs les plus décidés à lutter contre l’autonomie, cela signifie soumettre l’assemblée à son autorité. Ce jour-là comme à chaque occasion, il veut démontrer que la Polynésie ne peut survivre que grâce à « la solidarité nationale »… laquelle serait incompatible avec l’autonomie.

Retour en haut de page