Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Pomare V, Tamatoa V, Ari'itaimai -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Galerie des personnalités | 1880-1885. Le Conseil colonial | Pomare V, Tamatoa V, Ari'itaimai

Le conseil colonial.


POMARE V (1839-1891)

Né le 3 novembre 1839 à Taravao, ce fils dePomare IV avait pour nom Teratane mais en 1855 il adopta celui de son frère aîné Ariiaue qui venait de décéder.

En 1857, il épousa Temarii a Teururai, princesse de Huahine, mais en divorça quatre ans plus tard. Sa famille arrangea en 1875 une nouvelle union, avec sa cousine Marau Salmon. Cette union était surtout politique et permettait une alliance opportune entre la royauté, l'aristocratie du commerce et l'Église protestante.

Ariipaea abandonna très vite Marau et refusa de reconnaître le premier enfant qui lui était né en 1879. Il était alors roi depuis deux ans et ne marquait guère plus d'intérêt pour le gouvernement de ses États, multipliant les dettes de jeu, les fêtes et les beuveries. Lorsqu'on 1880 le commandant Isidore Chessé lui proposa de réunir ses États à la France, donc d'abdiquer, Pomare accepta à condition de bénéficier des règles de l'ancienne étiquette et d'une pension équivalente à la liste civile qu'on lui attribuait jusque-là. L'agrément de certains chefs de Tahiti ayant été également obtenu, Tahiti devint une colonie française. Pomare V vécut dans le palais de Tarahoi qui avait été achevé et meublé en 1883. Il continua d'y mener une vie souvent déréglée et mourut le 12 juin 1891.




TAMATOA V (1842-1881)

Roi de Raiatea, fils de la reine Pomare IV, adopté par son grand oncle Tamatoa IV. Ce dernier avait eu un fils, Tamatoa le boiteux, mais Tamatoa IV n'était qu'un fils cadet de Tamatoa III alors que la reine Pomare IV appartenait à la branche aînée de la famille. Dès lors, le fils de celle-ci pouvait prétendre au trône de Raiatea.

Pomare avait toujours pris soin de faire connaître sa suzeraineté sur les îles Sous-le-Vent, mais la prise du pouvoir par Tamatoa V fut mal vécue par les habitants de Raiatea qui n'acceptaient pas d'être gouvernés par un Tahitien et ce d'autant plus que le jeune roi était « une sorte de géant dyonisiaque qui, à certains moments de sa vie se laissa aller à tous les excès» (J.F. Baré : "Tahiti, les temps et les pouvoirs"). Couronné le 26 août 1857 par les pasteurs Barff et Maheanu'u a Mai, Tamatoa V dut faire face à une véritable guerre civile et n'en vint à bout qu'en juillet 1867. Son règne fut écourté car les chefs de Raiatea le déposèrent et l'exilèrent en 1871 après, qu'il ait assassiné un collecteur d'impôts au cours d'une orgie. Tamatoa V vécut quelques années à Tahiti mais, comme il y répandait la terreur, il en fut également banni et passa ses dernières années dans la petite île de Maiao.





ARI’ITAIMAI (1821-1897)

Grande cheffesse tahitienne du clan des Teva. Fille du Grand Tati, chef de Papara, et de Atiau Vahiné, du clan des Marama, Ari'itaimai était de haute naissance. Adoptée par la femme de Pomare II, elle fut élevée avec la princesse Aimata, dont elle demeura l'amie intime. En 1842, c'est pour elle qu'on suspendit pour quelques jours la loi de 1837 interdisant aux Européens d'épouser des Tahitiennes : Ari'itaimai épousa Alexander Salmon. Le couple joua un grand rôle, politique et économique. En tant que cheffesse, Ari'itaimai dirigeait le district de Papara, mais aussi ceux de Ha'apiti et de Teavaro (Moorea). Elle usa de son amitié avec la reine pour tenter de mettre fin au conflit avec les Français. Sur le plan économique, elle sut, avec son mari, mettre en valeur ses immenses domaines.

Enfin, grâce à l'historien Henry Adams, elle rédigea des « Mémoires » à la gloire des Teva, document très important pour connaître l'Histoire de Tahiti.

Autre nom : Ari'ioehau a Tati.

Retour en haut de page