Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - 1946-1953. L’Assemblée représentative -

! Vous êtes ici : Images et vidéos | 1946-1953. L’Assemblée représentative | Images

1946-1953. L’Assemblée représentative.

Histoire de l'institution

Papeete vue de Motu Uta, novembre 1949. « La ville disparaît sous la verdure » dit la légende. De fait, durant la guerre, rien n’est venu troubler sa quiétude. Mais des événements se préparent qui vont accélérer l’histoire.( Coll. Ch.Gleizal )

Les membres de l’Assemblée représentative, ici photographiés « aux champs », constatent rapidement que leurs pouvoirs sont restreints.( Coll. Ch. Gleizal )

La situation sanitaire après guerre ( ici, cas d’éléphantiasis ) sera à l’origine de la création de l’Institut Malardé par W.Robinson. Photographie H. Lemasson ( Coll. Ch. Gleizal )

Séance à l’assemblée en 1946 ; Ses pouvoirs sont modestes. Ainsi, si elle a le pouvoir d’initiative des dépenses, ce pouvoir est limité par les dépenses dites « obligatoires » qui seront une pomme de discorde permanente entre assemblée et gouverneur. (Coll. Ch.Gleizal)

Photographie officielle des élus à l’Assemblée représentative. Le temps a manqué pour organiser un débat politique et ce sont des personnalités qui ont été désignées par le suffrage universel. (Coll. Ch. Gleizal)

L’assemblée porte à son bilan notamment l’extension du réseau routier. Mais le conseiller de la République R. Lassalle-Séré estime qu’elle est «composée de membres représentant chacun un district, connaissant bien la vie de clocher de leur circonscription, mais peu capables de s’élever au niveau des problèmes intéressant l’ensemble du pays»

Hommage des districts au gouverneur à l’occasion du Juillet . Le gouverneur est toujours le seul chef du territoire : il est à la fois agent de l’Etat et chef de l’exécutif local.( Coll. Ch. Gleizal )

Armand Anziani, gouverneur des colonies d’avril 1949 à octobre 1950.

Retour en haut de page