Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Edouard Fritch -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1953-1996. L’Assemblée territoriale | 1984-1996. L’autonomie interne | Les parlementaires

Les parlementaires

Edouard Fritch

Né le 4 janvier 1952 à Papeete.
Diplômé de l’École des Travaux publics et de l’École d’ingénieurs de la ville de Paris.
En 1979-1980, il a été ingénieur des travaux à la sous-direction de l’architecture à Paris. De retour à Tahiti, en 1980, il est chef du service des travaux municipaux de la ville de Pirae.

Élu conseiller territorial en 1986 et réélu en 1991, 1996, 2001, 2004 et 2008.
Il a occupé plusieurs postes ministériels :
- Du 18 septembre 1984 à février 1987 : Équipement, aménagement du Territoire, énergie et mines
- Le 18 mai 1994 : Mer, développement des archipels, affaires foncières et postes et télécommunications
- Le 28 juin 1995, il garde les mêmes fonctions mais y ajoute le poste de vice-président du gouvernement
- Pendant la mandature 1996-2001, il est vice-président du gouvernement et ministre avec des fonctions identiques à celles déjà exercées
- Pendant la mandature 2001-2004, il occupe sensiblement toujours les mêmes fonctions
- Lors du bref retour au pouvoir de G. Flosse, il reprend ses fonctions (octobre 2004 à février 2005)
- Redevient vice-président en novembre 2009

Aux élections législatives de 1986, il est élu en troisième position sur la liste du Tahoera’a. Le premier de la liste, G. Flosse ayant nommé secrétaire d’État du Gouvernement Chirac, É. Fritch devient député de la Polynésie de 1986 à 1988 et s’inscrit au groupe RPR.

Il a présidé l’assemblée de Polynésie française du 13 avril 2007 au 14 avril 2008 et brièvement du 12 février 2009 au 16 avril 2009.

Conseiller municipal de Pirae, il devient premier adjoint en 1995. É. Fritch est élu, en 2001, maire de la commune jusque-là dirigée par G. Flosse. Il est battu aux élections municipales de 2008 par Béatrice Vernaudon qui avait été son adjointe.

Au sein du Tahoera’a huiraatira, il joue un rôle important. Toutefois, la longévité politique de G. Flosse ne lui permet pas de donner une orientation personnelle au parti orange. Il s’interroge du reste sur la pérennité du parti et se demande s’il ne faudrait pas refonder le mouvement autonomiste sur des bases différentes.

[J.M. Regnault]

Les Parlementaires 0 < Alexandre Léontieff 1 < Jean Juventin 2 < Edouard Fritch 3

Retour en haut de page