Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - William Hodges (1744-1797) -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Les événements marquants | 1767-1819. Un ordre nouveau | 1769 - 1773-1777 - Les trois voyages du capitaine Cook | William Hodges (1744-1797)


William Hodges (1744-1797)


William Hodges est le peintre accompagnateur du capitaine Cook lors de son second voyage de circumnavigation 1772/1775 à bord de la Resolution et de l’Adventure.

Il nait à Londres en 1744 où son père pratique le métier de forgeron. Il apprend à dessiner dans l’école de dessin de Shipley et est remarqué par le peintre R.A.Wilson qui le prend comme apprenti. Durant trois ans (1763/1766) il apprend et en arrive, dès 1772, à peindre aussi bien que son maître dont il devient le meilleur copiste.


The Resolution and Adventure in Matavai Bay, Tahiti, huile sur toile c.1776
Copyright Greenwich National Maritime Museum, Londres. Navy. L36-17


Il quitte Wilson en 1766, continue à peindre et expose sans parvenir à rencontrer un grand succès. Aussi quand en 1772 on lui propose sur recommandation de lord Palmerston de se joindre à la deuxième expédition du capitaine Cook il accepte sans hésiter. D’autant que selon John Beaglehole, l’éditeur des Voyages de Cook : « Ce jeune homme était si endetté qu’il était contraint de quitter la ville sans informer quiconque de sa destination ».

Il excelle dans la peinture de paysages : il capte merveilleusement les gradations de lumière lorsqu’il peint sur le motif (voir Oparee ci-dessous ou encore « l’homme qui regardait l’homme qui regardait la mer »).


View of the province of Oparee, Tahiti, 1775, National Maritime Museum, Londres. Navy. L36-14

Il ne néglige pas les portraits (voir Potatau, ci-dessous) et ne néglige pas la représentation des différents types de pirogues en usage à cette époque.


Potatow (Potatau), chef de Punaauia, craie rouge rehaussée de blanc,
Copyright Mitchell Library, State Library of New South Wales PXD11 N.17

A son retour en 1775 il est engagé par l’amirauté, au tarif annuel de 250 £, à poursuivre son travail entamé sur le terrain et à réaliser à partir de ses dessins, lavis et esquisses des peintures (24) dont certaines sont encore aujourd’hui au National Maritime Museum. Il supervise également les gravures, réalisées par Woollett et d’autres, destinées à la publication du récit du voyage.
Il obtient une première participation à l’exposition de la Royal Academy en présentant une vue de Tahiti.

En 1778 il accepte de partir pour l’Inde où il passe 6 ans. De ce séjour il tirera un récit « Travels in India » agrémenté de ses planches, publié en 1793, qui est sa plus grande réussite commerciale.

Mais à la suite d’une exposition où il présente une série de 25 peintures il abandonne son métier car n’ayant pas trouvé d’acheteur, ses œuvres sont vendues aux enchères et ne produisent qu’un gain misérable.

Une situation financière défaillante et une santé déclinante accompagnent ses dernières années. Il meurt en 1797.

Pour en savoir plus :

European vision and the South Pacific 1768-1850, Bernard Smith Oxford Paperbacks.

The art of Captain Cook’s voyages, R.Joppien, B.Smith, Yale University Press.

Peintres de Tahiti, Patrick O’Reilly, Nouvelles Editions latines.

Retour en haut de page