Histoire de l'Assemblée de la Polynésie française - Le « hau peretane » (protectorat anglais) -

Sommaire

Le kiosque

La presse de l'époque

Le kiosque

! Vous êtes ici : Histoire de l'institution | 1819-1824. Les lois missionnaires | Les institutions | Le « hau peretane » (protectorat anglais)

Les institutions

Le « hau peretane » ou "protectorat anglais"

Dans le système politico-religieux tahitien, 1815 amène le remplacement du dieu ‘Oro par Jéhovah. Or, la suprématie politique traditionnelle était, à Tahiti, à la fin du XVIIIe siècle attachée à 'Oro, de telle sorte que le remplacement de 'Oro par Jéhovah doit donner la suprématie politique nouvelle à l'Angleterre qui est, aux yeux des Tahitiens, le support politique de Jéhovah. Cette suprématie politique est celle d'un primus inter pares, à l'image de celui des tenants de titres les plus élevés. La monarchie tahitienne entre en quelque sorte avec l'Angleterre dans une confédération nouvelle, patronnée par Jéhovah, tout comme les anciennes principautés formaient une confédération présidée par un ari'i rahi ou un ari’i nui patronné par 'Oro.
La monarchie centralisée incarnée par Pomare II se trouve finalement beaucoup moins en rupture qu'il n'y paraît avec les institutions tahitiennes traditionnelles et il y a loin de cette monarchie à la théocratie protestante imaginée par des observateurs trop superficiels. D'ailleurs, la mort de Pomare II va accélérer un certain retour à une confédération tahitienne plus traditionnelle sous la houlette des grands chefs au premier rang desquels Tati. Ce sont eux qui auront la réalité du pouvoir sous Pomare III et Pomare Vahine IV qui règne à partir de 1827.

[Cl. Robineau, chapitre 4, volume 6, Encyclopédie de la Polynésie]

Retour en haut de page